Du Nouveau dans ma PAL !!!

Processed with MOLDIV

 

Il se trouve qu’il y à 12 jours , je fêtais mes 25 ans !!

et mon entourage à pensé que remplir ma bibliothèque serait une bonne idée !

Et comment !!!! je me retrouve donc avec 8 nouveaux livres en ma possession , je vous laisse donc découvrir par vous même via la photo , mes nouvelles acquisitions

Phobos – Victor Dixen

phobos,-tome-1---les--phemeres-640387-250-400

Phobos de Victor Dixen

Édition Robert Laffont , collection R parut en Juin 2015

4e de Couverture :

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues.
Elle a signé pour la gloire.
Elle a signé pour l’amour.
Elle a signé pour un aller sans retour.
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

 

Mon Avis :

C’est le tout premier roman que je lis de Victor Dixen et je dois dire juste WAHOU !!

Décollage imminent destination MARS !

“ Six prétendantes d’un côté, Six prétendants de l’autreSix minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer.”

Telle est un peu la “ devise “ du livre . Je trouve le concept totalement fou et hors du commun , bon OK, perso je trouve que six minutes c’est peu court Lol mais j’ai quand même adoré ! L’auteur plante d’entrée de jeu les décors avec la mise en scène d’une téléréalité , ce qui correspond bien à notre société actuelle, avec un univers assez sombre et inquiétant, avec à chaque chapitre, le point de vue des différents personnages..

Niveau personnages, j’ai adoré Léonor évidement ^^ je trouve qu’elle rejoint ( niveau caractère) plusieurs héroïnes d’autres dystopies comme Katniss dans Hunger Games ou Tris dans Divergente, j’aime bien ce genre de personnage un peu “ rebelle “ qui ne rentre pas dans le moule . Côtés MEC ^^ Alexei me paraissent un peu trop “ Perfect Boy“ , quant à Marcus il m’intrigue beaucoup !

Je n’en dirai pas plus ni sur l’histoire, ni sur les personnages, je ne préfère laisser les gens découvrir le livre . En tout cas , je suis conquise, ce livre est une véritable mine d’or, un petit bijou que je ne suis pas déçue d’avoir acheté, c’est un réel coup de cœur pour moi, j’ai hâte d’aller acheter le tome II pour découvrir la suite et je pense que je ne vais pas résister longtemps ! Je mets donc un 10/10 à ce roman

Maintenant je voudrais m’adresser à Monsieur Victor Dixen si jamais vous passez par la un jour : un grand MERCI pour cette découverte livresque ! Vous m’avez fait voyager et passer un très bon moment ! Je compte bien lire vos autres romans avec un grand plaisir !

 

The révolution Of Ivy – Amy Engel

lm

The Révolution Of Ivy de Amy Engel

Edition : Lumen parût en 2015

4e de couverture :

J’AI TOUT PERDU. MON FOYER. MA FAMILLE. L’HOMME QUE J’AIME.

Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d’attendre que la faim et la soif aient raison de moi. Ou bien qu’une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant… Mais je refuse d’abandonner. J’en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d’agir, enfin.

Bishop me l’avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà de la barrière, c’est encore pire. L’hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l’eau, des vivres, un abri. D’autres condamnés avec lesquels m’allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix : dois-je oublier ma vie d’avant, me venger de ceux qui m’ont trahie… ou mener, purement et simplement, la révolution ?

CAR JE NE SUIS PLUS UNE WESTFALL, NI UNE LATTIMER. SIMPLEMENT IVY.
ET JE SUIS ENFIN LIBRE.

Mon Avis :

Dès les premières pages, nous retrouvons Ivy où l’histoire s’est arrêtée précédemment . C’est-à-dire de l’autre côté de la barrière. Ivy est seule et va devoir survivre dans ce milieu hostile.
Au fil des pages elle va rencontrer plusieurs personnages dont Mark, personnage hostile du livre, ainsi que Caleb et Ash qui vont lui venir en aide et vont apprendre à découvrir notre héroïne et à cohabiter tous ensemble

J’ai terminé ce tome II, il y a quelques jours, et c’est pour moi une petite déception. J’ai beaucoup lu de critiques mitigées sur internet sur la suite des aventures d’Ivy mais le tome I m’ayant laissé en haleine j’avais vraiment hâte de découvrir la suite et j’ai eu beaucoup de mal je dois l’avoué, à terminer ce tome . Je me suis un peu ennuyé durant cette lecture, alors peut-être que c’est moi qui en attendais trop de cette suite . Je m’etais imagine quelque chose de fort, une révolution par exemple … Mais non, rien . La suite au fil des pages est assez pénible, il ne se passe pas grand-chose, mais à part Mark la menace qui a la rigueur pimente un peu le récit .

J’ai trouvé la fin prévisible ( à part la mort de Callie auquel je ne m’attendais pas) . En ce qui concerne les personnages, j’étais évidemment ravie de retrouver le duo Ivy/Bishop, même si Ivy m’a quelquefois agacée par son comportement, certains mensonges ou bien sa façon de rejeter Bishop au départ . J’ai beaucoup apprécié Caleb et Ash, qui n’hésite pas à aider notre duo dans leur plan pour retourner à Westafll, cela nous laisse entrevoir une belle amitié entre eux …
Enfin tout ça pour vous dire que ce second tome, n’aura pas été un coup de cœur comme le premier, c’est donc un 5/10 que je mettrais

The Book Of Ivy – Amy Engel

the-book-of-ivy,-tome-1---the-book-of-ivy-581703-250-400

 

The Book Of Ivy de Amy Engel

Editions : Lumen parût en 2015

4e de couverture :

Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ?

Mon Avis :

The Book Of Ivy était dans PAL depuis quelques temps mais je n’avais pas encore eut l’occasion de l’acheter, alors du coup, on m’a prêté le tome I & II .
Nous découvrons dans ce Tome I, “ Ivy “ une adolescente de 16 ans mariée de force à Bishop le fils du président de leurs nation comme ils l’appellent . Seulement Ivy a une mission … Tuer Bishop ( je n’en dirais pas plus vous vous en doutez bien ^^ je n’aime pas gâcher l’effet de surprise 🙂 )

Ce livre a pour moi frôlé le coup de ♥ , j‘ai beaucoup apprécié la fluidité d’écriture d’Amy Engel.
Bon après on va rester honnête, il ne ce passe pas beaucoup d’actions mais ce n’est pas plus mal , cela nous permet de découvrir le monde dans lequel l’auteure nous plonge, et de découvrir aussi les différents personnages .

Ivy & Bishop que j’affectionne beaucoup, leur histoire d’amour laisse rêveur l’auteure laisse l’amour naitre entre eux petit à petit ( Ça change des autres romans où PAF l’amour tombe du ciel comme ça par magie 😀  ) . On y découvre également les familles respectives d’Ivy & Bishop qui défendent leurs convictions becs et ongles . Seulement avec eux, il n’y a pas de bien ou de mal, ce n’est pas tout blanc ou tout noir et c’est aussi ça que j’ai apprécié dans ce livre, les deux familles commettent des actes bons comme mauvais .

En ce qui concerne la fin, je ne m’attendais pas a un tel dénouement, qui m’a vraiment laissé en haleine d’ailleurs ! Heureusement je ne vais pas manquer de lire le Tome II rapidement, j’ai vraiment hâte de découvrir la suite des aventures de tout ce petit monde !

Tornade – Jennifer Brown

12716965_1786859144871378_1254170483_n_002

Tornade de Jennifer Brown

Édition :   Albin Michel parût en Avril 2015

4e de couverture :

Dans le Midwest, où Jersey vit avec sa mère, son beau-père et sa petite sœur Marine, on ne sait jamais ce que la météo réserve. Le jour où sa mère et Marine disparaissent, emportées par une tornade, Jersey se retrouve seule et sans maison. Son beau-père n’a pas la force de s’occuper d’elle et son père biologique la rejette. La jeune fille échoue chez ses grands-parents maternels, qu’elle n’a jamais connus. Ballottée d’endroit en endroit, Jersey doit tenir bon, tout en apprenant des choses qu’elle ignorait sur sa mère…

Mon Avis :

Je n’avais pas encore lu de roman de Jennifer Brown donc c’est une découverte pour moi et je dois dire que je suis conquise ! C’est vraiment un très beau livre tellement bouleversant !

L’auteure nous fait découvrir  » Jersey » , jeune adolescente qui vit a Elizabeth dans le Midwest avec sa maman, sa petite sœur et son beau père et qui va découvrir ce qu’est l’horreur de vivre une tornade .

Ce livre m’a complètement chamboulé, je l’ai dévoré en à peine deux jours, il est très simple a lire, très fluide, il m’a fait passer par tellement d’émissions à la fois ! L’angoisse avec cette tornade qui dévaste tout sur son passage, les doutes et les questions, la colère aussi et une immense tristesse .
On ce prend très vite d’affection pour le personnage de Jersey, qui doit apprendre à ce reconstruire après ce tragique accident , on y découvre les membres de sa famille ( du côtés de son père ) tous plus odieux les uns que les autres mais on y découvre également ses grands-parents maternels , des personnages adorables qui ont le cœur sur la main .

J’avais presque l’impression de vivre ces événements tragiques avec elle, on a envie de plonger dans le livre, à travers les pages pour la consoler, la rassurer, lui tendre la main .
Ce roman à été pour moi un véritable coup de ♥ malgré qu’il soit quand même triste . Je le recommande vivement !

Harry Potter et la chambre des secrets – J.K. Rowling – Challenge HP 2016

la-chambre-des-secrets

Harry Potter et la chambre des secrets de J.K. Rowling

Édition : Folio Junior parut en 2011

4e de couverture : 

Harry Potter fait une rentrée fracassante en voiture volante à l’école des sorciers. Cette deuxième année ne s’annonce pas de tout repos… surtout depuis qu’une étrange malédiction s’est abattue sur les élèves. Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry et ses amis Ron et Hermione trouveront-ils le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ?

Avis :
Je continue le challenge Harry Potter 2016 avec ce tome II que je trouve fantastique ! Le monde d’Harry et des sorciers ce noircit ( et ça n’ira pas en s’arrangeant ;)
Je m’émerveille toujours autant de la plûme qu’a J.K. Rowling, l’imagination débordante qu’elle à eut pour créer et donner vie au monde des sorciers

Tenue en haleine jusqu’au bout du livre avec le mystère de la chambre des secrets et toutes les autres péripéties ( car il faut le dire, je ne me suis pas ennuyé avec ce tome) il s’y passe toujours quelques chose entre la voiture volante, les matchs de Quidditch, les araignées, Mimi Geignarde et j’en passe

Cotés personnages, nous faisons la connaissance de Dobby ce cher elfe de maison qui essai par tout les moyens possible et inimaginable de sauver Harry, j’ai adoré Dobby j’ai trouvé cette créature attachante ( mon côté brigitte bardot^^ ), Lucius Malefoy qui comment dire est le plus odieux personnage de ce livre ( mais ça je pense que beaucoup de monde me rejoindra sur ce point, cependant dans les tout derniers tomes, nous y découvriront un homme plus que lâche selon moi)

Et ce cher Professeur Lockhart, Gilderoy pour les intimes ^^ on en parle .! La classe incarnée cet homme non ? NONNN je plaisante, il m’a pas mal insupportée tout au long de l’histoire mais je dois avoué que son petit périple à la fin du livre m’a ravie 🙂
Je ne reviendrais pas sur les Dursley hein je pense qu’on peut s’abstenir … mais plutôt sur la famille Weasley qui accueille Harry a bras ouvert chez eux, au Terrier . Je leur trouve un petit côté gauche mais tellement attachant !

Enfin bon tout ça pour vous dire que j’ai adoré relire ce tome II ( Je risque de me répéter avec les prochains tomes ) et c’est donc un 10/10 que je donne a ce livre .

 

Rien ne s’oppose à la nuit – Delphine de Vigan

couv5661974.gif

 

Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan

Édition : JC Lattès Parut en Aout 2011

4e de couverture :

« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire.
La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence.
Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. »

Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.

Avis :

Dans ce roman , Delphine de Vigan relate la vie de sa maman ( Lucile ) , par des témoignages recueillis au sein de sa famille , frères et sœurs de Lucile , textes et lettres retrouvés , cassettes audios , films ect …

On y découvre une famille au lourd passé , chargé de tristesses et d’amertumes .

Pour ce premier article du mois de Février c’est ce roman que j’ai choisi de vous présenter . C’est un livre que l’on m’a prêté, alors au départ je n’étais pas emballé , car j’ai déjà dans ma PAL , plusieurs livres que j’ai vraiment hâte de lire mais comme je suis un peu “sadique” Lol , je me suis dis je vais les garder pour plus tard et lire celui-ci .. 🙂

la 4eme de couverture m’a fait me poser pleins de questions .. qu’est ce que cette famille cache comme secrets , comme non dit ect … ?

Je me suis donc lancée, j’ai eus un peu de mal à accrocher aux premières pages car cette façon qu’a l’auteure d’écrire d’abord un chapitre sur la vie de Lucile puis ensuite au chapitre suivant revenir au présent m’a un petit peu perturbée , mais je dois dire que je m’y suis vite habitué au fil des pages .

C’est un roman qui ma touchée , qui ma bouleversée , qui montre combien les histoires de famille peuvent avoir un impact sur les générations à venir . Beaucoup de tristesses et de souffrances dans ce livre que j’ai trouvé dur psychologiquement ( si vous êtes en phase de grosse tristesse en ce moment je vous le déconseille ^^ ) mais c’est aussi un roman pleins d’amour, Delphine de Vigan rend hommage à sa maman avec délicatesse et essaie de la comprendre ( car oui cette femme est un mystère ) à travers son enfance , son adolescence , à travers sa vie chaotique , et la maladie dont Lucile est atteinte ..

Un roman qui n’a pas était un coup de ♥ pour moi mais que j’ai tout de même pris plaisir à le lire , je le recommande pour sa beauté d’écriture et son histoire prenante .

Harry Potter à l’école des sorciers – J.K. Rowling – Challenge Harry Potter 2016

12479176_789406111204226_2053398944_n

Challenge Harry Potter 2016

Harry Potter à l’école des sorciers de J.K. Rowling

Édition : Folio Junior parue en 2011

4e de couverture :

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, une école de sorcellerie !
Voler en balai, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry Potter se révèle un sorcier doué. Mais un mystère entoure sa naissance et l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom.
Amitié, surprises, dangers, scènes comiques, Harry découvre ses pouvoirs et la vie à Poudlard. Le premier tome des aventures du jeune héros vous ensorcelle aussitôt !

Avis :

J’ai décidé cette année de participer à mon tout premier challenge, et quoi de mieux pour ce début que la saga avec laquelle j’ai grandi “ Harry Potter “ .
Je me souviens avoir reçu pour Noël, les quatre premiers tomes dans un coffret de chez Folio Junior . Je n’avais pas commencé à les lires tout de suite mais une fois lancée, je me rappelle les avoirs dévorés.

Je replonge donc avec plaisir dans ce premier tome que je n’avais pas lu depuis X années, où je retrouve le jeune Harry âgé de onze ans, vivant chez son oncle et sa tante ( des gens absolument odieux a mon gout, à qui j’aurais envie de tordre le cou ^^ ) et nous suivons donc ce jeune homme dans la découverte de sa réelle  » nature  » et du monde des sorciers dans lequel il va être projeté à son arrivée à Poudlard . Je me surprends à “ redécouvrir” l’histoire avec beaucoup de détails que j’avais oubliés, comme par exemple : Peeves ce satané fantôme farceur, ou encore les mots de passe pour pénétrer dans les salles communes . Ainsi quand on connaît la fin de la saga et le rôle de chacun des personnages, on comprend mieux dans ce tome I le rôle de certains personnages qui peuvent paraître parfois louche, comme par exemple pourquoi le professeur Rogue s’évertue tant à protéger la pierre au risque d’être soupçonné de vouloir lui-même la volée ?

J’ai pris vraiment plaisir à replonger dans cet univers magique, à redécouvrir les bases de la sorcellerie avec une réelle envie de sauter dans le livre et d’intégrer moi aussi cette école, revêtir l’uniforme et découvrir tous les mystères que cache ce monde .
Je vais donc m’arrêter là pour cette chronique, et c’est sans surprise que je donne un 10/10 à ce premier tome qui est évidemment un coup de ♥

J’attends avec impatience de pouvoir lire le tome II .

Le calvaire silencieux d’Endogirls – Florine Dubech

12407197_939199712801414_500552511_n

Le calvaire silencieux d’Endogirls de Florine Dubech

Edition : Edilivre parut en Décembre 2015

4e de couverture :

L’endométriose n’est pas connue du grand public et des médecins et pourtant, une femme sur dix en souffre. C’est un cancer dont on ne meurt pas. C’est une maladie incurable qu’on ne prend pas assez au sérieux et face à laquelle on laisse seules, celles qui en souffrent.
Les nombreux symptômes de l’endométriose entraînent fatigue chronique, douleurs lors des rapports sexuels, perte d’équilibre, bouffées de chaleur, irritabilité et parfois dépression. L’endométriose provoque des adhérences sur les organes et se développe dans les poumons, les ovaires, l’intestin, entre autres.
Ce livre appelle à apprendre, à connaître les malades, des femmes qui font tout pour être comme tout le monde, pour vivre et travailler comme tout le monde. Chaque jour de leur vie est un combat pour rester une femme. Elles ont mal, elles pleurent, elles hurlent, elles tapent, leur corps se dégrade, elles aimeraient que tout s’arrête un instant, pouvoir tout oublier.
L’auteur est une de ces femmes qui souffre au quotidien. Elle essaie de faire partager son combat avec l’aide de femmes qui, touchées par cette maladie, ont témoigné.

Avis :

Comme je vous le disais dans ma rubrique de présentation “ Qui suis-je “ , je lis également des livres sur la santé. Aujourd’hui , j’aimerais vous faire découvrir un livre que je pense que peu de personnes connaissent encore , qui traite d’un sujet important chez les femmes : L’Endométriose .

C’est un roman autobiographie , on y découvre Florine âgée de 18 ans . Une endogirl comme nous nous faisons appeler , Florine est atteinte d’Endométriose ( tout comme moi , et tout comme les 180 millions de femmes dans le monde ) , Florine a décidé de prendre sa plume avec force et courage pour vous raconter son parcours , son quotidien , son calvaire .
Afin de casser les préjuges qui entourent cette maladie , elle a décidé d’en faire son combat , pour que nous, les endogirls, nous puissions sortir de l’ombre . Elle à décidé d’écrire ce livre pour essayer de faire changer les mentalités , essayer de faire en sorte que nous soyons prises au sérieux , que les choses avancent , que des recherches soient faites afin de nous trouver un traitement . Que les médecins soient un peu plus informés au sujet de cette maladie qui nous ronge et que la plupart définissent comme “ Un cancer dont on ne meurt pas “

Alors aujourd’hui pour vous faire découvrir son livre j’ai décidé d’interviewer moi même Florine Dubech . Je vous laisse découvrir cette interview ICI et vous incite a lire son ouvrage car peut être qu’autour de vous ce trouve une femme qui souffre , une endogirl qui pourrait être votre mère , votre tante , sœur , cousine , amie , ou encore collègue de travail et qui ce retrouve isolée avec ses souffrances .

Interviw de Florine Dubech , auteure du Calvaire silencieux d’Endogirls

1901727_1060119594040448_4818339855132636346_n

 

Voici Florine, jeune fille de 18 ans , atteinte d’Endométriose . J’ai souhaité interviewer Florine , pour vous présentez son ouvrage  » Le calvaire silencieux d’Endogirls  » parut en Décembre 2015 aux editions Edilivre .

Tout d’abord Florine merci de m’accorder de ton temps pour répondre à mes questions. Je vais commencer , il y aura en tout six questions .

1 : Peux-tu te présenter en quelques mots, présenter ton parcours ?
En quelques mots cela va être compliqué car le parcours d’une endogirl ne peut pas s’expliquer en quelques mots, mais je vais essayer. Tout d’abord, je m’appelle Florine, j’ai 18 ans et j’habite dans le 86.
J’ai été diagnostiqué il y a un an, à la suite de maux de têtes répétitifs, des malaises et pertes de connaissance. J’ai loupé toute mon année de terminale à cause de cela, car j’étais incapable de me lever, car en plus de mes douleurs, une fièvre été accompagnée. Puis un jour de mars, j’ai éprouvé une douleur abdominale. Je suis passé par trois milles diagnostics, par des dizaines d’hospitalisations, de traitements qui m’ont tout autant que les autres détruits. On m’a répété sans cesse que cela était dû au stress, que cela était psychologique et que j’étais folle et que mes douleurs n’étaient pas réelles. J’ai été voir 3-4 médecins qui ne savaient pas quoi faire de moi, j’ai été voir des neurologues, des gynécologues, tout aussi nuls. Puis un jour on s’est aperçue que j’avais un kyste de 4cm sur l’ovaire droit. Mais bon j’ai continué à vivre avec mes douleurs. Jusqu’au jour, où j’ai été voir un gynécologue qui lui m’a opéré, et à découvert, que j’avais trois kystes sur l’ovaire droit. Il m’a aussi dit que j’étais atteinte d’endométriose. A ce jour, j’écris avec beaucoup de recul, un an après, mais vous vous doutez bien, qu’à 17 ans vous apprendre cela, ça détruit. Je vous le raconte assez vite, mais quand on le vis, c’est long, on se pose sans cesse des questions, la maladie s’installe un peu plus chaque jour. Jusqu’au jour, où je suis allé voir un centre spécialisé dans l’endométriose, et qui m’ont annoncé que j’avais de l’endométriose aux ovaires, utérus, cul de sac de douglas, ligaments utéro sacré, ce qui m’a apporté des douleurs neuropathiques, puis ensuite la fibromyalgie, maladie incurable aussi.

2/ Depuis quand écris tu ?
A vrai dire, j’écris depuis que je suis en primaire. J’ai toujours été passionné par l’écriture, je mettais des mots sur mes maux. Une sorte de thérapie.

3/ Qu’est ce qui t’a donné l’envie d’écrire ton livre ?
Comme je le disais dans la précédente question, j’ai toujours aimé à écrire, donc c’était pour moi naturel. Mais en aucun cas, je pensais que ce que j’allais écrire allait devenir un livre. Au départ, quand j’ai commencé à écrire mes premières lignes, c’était juste pour me soulager, et ne jamais oublier ce que j’ai pu subir. J’ai noté sur le papier, pour ne rien oublier, ne pas oublier les examens, les paroles des médecins et pour ne pas oublier tout ce que je ressentais à l’intérieur de moi. Puis au fil du temps, je me suis inscrite sur les groupes de soutien, j’ai su faire des rencontres magnifiques, secrètement, je continuer à écrire. Plus, j’échangeais avec les endogirls, plus j’écrivais. Évidemment, nous souffrons tous, malade ou non, dans notre vie, que ça soit par une épreuve ou une autre. Mais quand vous êtes confrontés à la maladie, aux souffrances, aux opérations à répétition, aux hospitalisations, c’est toute votre vie qui change, on doit réapprendre à vivre avec un nouveau corps.
J’ai su garder foie, espoir, courage, grâce au soutien essentiel des endogirls, qui sont maintenant des amies.

4/ dans quel but ?
Je pense qu’en premier lieu, j’en avais besoin. J’avais besoin de m’exprimer et de me faire connaitre en tant que malade. Qu’on nous répète sans cesse, que cela est dans la tête, ça détruit, et pour moi, sortir mon livre, c’était un moyen pour dire le contraire, et montrer que mes douleurs sont bien réelles. Puis après, j’ai échangé avec des endogirls, et je voulais à tout prix que notre souffrance soit entendue. Dans mon livre, je veux dire à toutes ses personnes qui ont eu tort de nous juger, de nous quitter, car souvent nous nous retrouvons seules, je voulais dire à tous ses médecins, que nous ne sommes pas folles et je voulais dire à toutes les endogirls qu’elles ne sont pas seules.
5/ au jour d’aujourd’hui peux-tu me dire quel sont tes projets ? Dans ta vie et par rapport à la maladie ? Un autre livre ? D’autre projet ect ?
Déjà, prendre soin de moi et de m’occuper de moi. Je passe souvent mon temps à aider les autres,  à les conseiller et à les écouter mais j’en ai besoin en retour aussi. Bien évidement je continue mon combat pour l’endométriose, sans que personne ne me dise rien, je continue à faire connaitre mon livre, pour que notre maladie soit connu mais surtout reconnu. Puis je m’occupe de ma vie de jeune femme, de 18 ans, avec ses occupations. Après j’ai des projets à côté. Pour ce qui est d’un deuxième livre, pourquoi pas.

6/ qu’est-ce que tu aimerais aux gens qui liront cette interview ?
J’en aurais tellement que je risque d’en oublier. En premier lieu, je dirais que nous sommes tous et toutes concernées. Nous endogirls, de maintenant on se bat pour nous, mais on se bat aussi et surtout pour la génération à venir , donc la vôtre. Beaucoup me disent que je fais beaucoup. Mais je me dis surtout, que moi,  si un jour ma fille à des règles douloureuses vers ses 11 ans, je l’a prendrais au sérieux. J’en veux aux gens qui nous critiquent, qui nous blèssent sans cesse, ils ont tort, car nous ne sommes pas des chochottes, des faignantes, nous sommes des femmes fortes, qui se battent contre une pieuvre, l’endométriose, qui détruit un peu plus chaque jour nos organes, nos corps de femmes. Nous sommes bien souvent incomprises par notre entourage (famille, amis, collègues, ….), ou nous n’avons pas envie de leur parler continuellement de nos douleurs, par pudeur, par peur de les ennuyer.
J’espère de tout cœur, que ce livre va changer certaines choses. D’une part, le regard des gens sur les femmes malades, mais aussi les personnes qui souffrent en général, qui essayent d’être comme vous, votre jugement et votre regard sur nous et la maladie, nous fait mal. Vos critiques, comme quoi, nous sommes  des menteuses, des simulatrices , et des chochottes, font mal. Mais ça, vous ne le comprendrez pas, tant que vous ne verrez pas ce que nous vivons. Et tout commence, par la lecture du livre. J’espère aussi, que cela va faire avancer la recherche et qu’un jour on aura un traitement, pour nous, pour vos filles, vos sœurs, ou vos femmes, pour enfin mettre fin à cette maladie. J’espère que ce livre, va changer le point de vue des médecins vis à vis de cette maladie, pour qu’ils arrêtent de nous dire que c’est normal, que c’est dans notre tête, et qu’ils nous écoutent enfin.
J’espère aussi, que ce livre va aider les femmes touchées par cette saloperie, et qu’elles resteront fortes malgré les opérations, les douleurs et les traitements.
Je n’oublierais jamais cette année pour plusieurs choses : D’une part, c’est l’année où je suis tombée malade, où le diagnostic est tombé. Cette année a été très dure physiquement mais aussi psychologiquement. Cette année restera gravée dans mon corps et dans mon cœur. J’étais tellement mal, arrivée à un point où je stagnais, j’avançais plus, je me reconnaissais plus. Puis j’ai décidée de changer, de prendre « ma vie en main » et de combattre cette maladie de merde. Et puis, je vous ai rencontré, vous, copines, qui vivent les mêmes choses et les mêmes souffrances.
Je n’oublierai jamais cette année 2015 donc pour plusieurs raisons : les maux, le diagnostic, les rencontres, le livre, les témoignages, et pleins d’autres choses tellement formidable.
Dans ce malheur et cette souffrance, nous savons que nous pouvons compter l’une sur l’autre et c’est tellement bénéfique.
Malheureusement, beaucoup d’endogirls, ne savent pas comment expliquer, décrire à quel point elles souffrent au quotdidien. Les paroles ne suffissent pas, et alors dans ce cas-là plus part, abandonnent et on ne cherche plus à expliquer notre quotidien. Donc on finit par se taire, rester dans le silence et la solitude, par peur de déranger la personne et d’entendre de nouveaux des critiquent qui nous font mal. Mais moi comme à mon habitude, ce n’est pas ce que je veux, je veux qu’on nous entend, car nous sommes TOUS concernés, il ne faut pas oublier cela.
L’endométriose, prends tout, notre corps, nos ovaires, notre utérus, notre vessie, nos poumons, nos yeux, notre cœur, notre rein, notre vie, notre famille, notre intestin, notre travail, notre couple, nos amis. Et pourtant on reste fortes, et juste pour ça, je suis fière de dire, que j’ai été une endogirls, que je suis une endogirls et que je serais une endogirls, à jamais pour toujours, pour toute la vie, c’est ma faiblesse mais aussi ma force car je suis devenue meilleure.
Je ne veux plus tant de souffrances, tant d’ignorance, tant de moqueries, tant de critiques. Je ne veux plus de tout ça. Aucune endogirl ne veut ça. Et pourtant on y a droit encore  » maladie psychique »,  » c’est dans ta tête »,  » c’est bon, ta rien, tu vas guérir ».
J’en ai marre de devoir me battre sans cesse contre ma famille, contre mes amis, contre moi-même. On doit se justifier en permanence, pourquoi nous sommes malades, comment nous sommes malades, pourquoi nous sommes fatigués, pourquoi ce soir nous ne pouvons pas sortir, pourquoi nous sommes absentes.
Mais je me battrais encore chaque jour, quitte à me mettre des gens à dos. On devrait se taire, parce que nous sommes malades? Parce que nous sommes des femmes malades ? Parce que nous perdons du sang sans cesse et que ceci est sale. Et alors? Même, si vous n’êtes pas concernées, des personnes essayent un minium de nous comprendre, de nous donner du soutien et heureusement qu’il y a encore ses gens-là. Vous seriez à notre place, vous aimeriez un minium de soutien. Ce n’est pas pour rien qu’on dit que l’endométriose est invisible, et pourtant l’endométriose est considérée comme un cancer, car la pieuvre comme je l’appelle dans mon livre, se loge, sur tous nos organes : utérus, ovaires, trompes, vessie, rectum, intestins, foie, rein, cœur, cerveau, poumons, diaphragme, etc..
On doit donc se soumettre à souffrir en silence, parce que nous sommes des femmes, parce que des femmes de toute façon c’est normal qu’elles souffrent, donc faut les laisser seules.
Les femmes n’en parlent pas, car elles ont honte, et puis on nous rabâche que c’est normal, ce n’est pas juste des règles, un mal au ventre. Non, comme je le répétais dans mon livre, avoir une gêne et normal, mais avoir des coups de poignards n’est pas normal. Non, ne nous sommes pas soumissent à avoir mal sans cesse, et je me battrai encore et encore pour changer cette mentalité, même si je m’écoulerai par terre car je n’aurai plus de force. Alors non, je me tairais pas, je dis souvent tout, sans tabou. Je n’ai pas honte de ma maladie, je n’ai pas honte d’être malade, car même si cela m’a changé, en bien ou en mal, je suis devenue meilleure et plus forte et je peux affronter des épreuves, que d’autres ne pourraient pas. Pourquoi avoir honte d’être malade, être malade c’est une force.
N’ayez plus honte les filles, n’ayez pas honte de vos cicatrices, n’ayez pas honte de vos douleurs et de votre fatigue.
Mais malheureusement trop de femmes airent médicalement, trop de femmes sont seules car elles sont malades. Il faut en général 7-9 ans pour un diagnostic. Les filles vous n’êtes pas seules, il y aura toujours quelqu’un à votre écoute, que ce soit à le jour, la nuit, n’oubliez pas les groupes de soutien sur Facebook qui sont formidables, et n’oubliez pas les associations qui se battent chaque jour contre le mépris et l’indifférence.
Je suis fière du combat que nous menons toutes ensembles.